« L’Atelier de Willy », la perle rare de Bruxelles

Pourquoi « perle rare » ? Parce qu’il s’agit sans aucun doute de l’établissement offrant le meilleur rapport qualité-prix de la capitale. Dans le même esprit que les Bib Gourmand, l’Atelier – qui mériterait amplement le label – propose un menu trois services (entrée, plat et dessert) avec des produits, notamment nobles, pour seulement 37 euros, et ce en plein centre de Bruxelles.

Chez Bogdan et Stefan Streinu, -l’un en cuisine, l’autre en salle- le client est vraiment roi. Le menu change tous les mois, en fonction de la saison, mais garde les classiques tels que les croquettes crevettes faites maison ou encore la joue de boeuf à la Chimay brune. Si la cuisine de Bogdan est toujours juste et goutue, c’est notamment parce que le jeune homme de 29 ans est un ancien de la maison Bruneau, drillé par un chef qui a longtemps affiché trois étoiles. Avec Jean-Pierre, alias le « patron » dans la profession, on ne lésine pas sur la qualité, ni sur les cuissons. Et ça, le chef de l' »Atelier de Willy » l’a bien compris !

Côté service, outre son aptitude à se plier en quatre pour satisfaire le client, Stefan ravit par ses sélections viticoles originales qui ne passent pas inaperçues. Partant d’un très raisonnable 26 euros, et balayant toute la carte de la France (ainsi que quelques vins du monde), les breuvages sont conseillés avec justesse.

 

Niché dans une ancienne maison de maître rénovée sur le boulevard Emile Jacqmain, « L’Atelier de Willy » accueille le gastronome non pas avec une, mais deux mises en bouche et ça, c’est d’emblée très agréable! Pour commencer, une tomate-mozzarella revisitée aux anchois suivie d’une assiette autour du fois gras: poelé en feuille de brick, en terrine et en cappuccino. Ce dernier, mousseux à souhait, rehaussé de café et d’Armagnac étant particulièrement réussi.

 

En entrée, on craque pour les copieux petits gris gratinés au Herve et les croquettes crevettes maison qui sont un must tant elles goûtent réellement la bisque et qu’il y a de vraies crevettes dedans, ce qui est plutôt rare. Le bavarois d’artichaut au foie gras et à la truffe a, lui, fait mouche, principalement grâce à cette étonnante et décapante confiture aux citrons confits qui l’accompagnait et relevait le tout. Enfin, le parmentier de queue de boeuf et foie gras de canard poêlé brille par sa tendreté. Si la tâche d’envoyer des entrées différentes en même temps est d’ordinaire périlleuse, Bogdan Streinu franchit l’étape haut la main.

 

A « L’Atelier de Willy », on prend son temps et on recommande une bouteille s’il « faut », ce qui n’est pas pour déplaire à tout le monde. Et puis, période de gibier oblige, certains ont enchaîné avec le perdreau en feuille de vigne, la star du moment (dans les prochains jours et semaines, on passera au marcassin, au lièvre et à la biche, qu’on se le dise). Mais le plat qui swinguait encore bien plus, c’était la fricassée de homard et ris de veau aux girolles. Entre croustillant, petit jus bien balancé et homard venu tout droit du vivier situé en cuisine  et cuit à la perfection; c’est le genre de plat dont on ne voudrait jamais venir à bout. La joue de boeuf, qui a patienté deux minutes sous les magnifiques salamandres installées en salle sur le comptoir, a rempli le contrat et, avec lui, toutes nos attentes de gourmandise tandis que le contre-filet Aberdeen Angus dry aged n’avait rien à envier aux pièces que l’on sert aujourd’hui dans les restaurants soi-disant spécialisés en viande maturée.

 

Enfin, niveau desserts, la générosité de la tarte tatin rivalise avec la fraîcheur tant attendue de la panna cotta aux fruits rouges. Mais, au final, rien n’égale l’un des meilleurs Irish Coffee de la capitale; un deux couches maîtrisé qui mettra tout le monde d’accord, même les plus intransigeants partisans du classico trois couches.

 

Ouvert il y a tout juste trois mois, l’enseigne a un frère – petit par la taille mais de quatre ans son aîné -, rue de la Fourche, à deux pas de la Grand Place. Même si l’on aimerait garder ce genre d’adresses pour soi, il est d’utilité publique qu’elle soit connue et reconnue. L’établissement envisage en outre une formule express pour les abonnés du Théâtre National qui se trouve juste en face, on ne peut plus proche.

« L’Atelier de Willy », Boulevard Emile Jacqmain 118 – 1000 Bruxelles.

Ouvert du lundi au vendredi, midi et soir, ainsi que le samedi soir.

http://www.latelierdewilly.be/

Raphaëlle Laurent

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :